Selon les personnes, leur sexe et leur âge, les symptômes de l’infection urinaire peuvent être courants, comme très variés, et parfois même difficilement identifiables.

Si vous souhaitez éviter cette section plus généraliste, vous pouvez accéder directement à nos pages détaillées par type d’infection urinaire :

Les symptômes généraux de l’infection urinaire

En règle générale, l’infection urinaire peut engendrer l’apparition de symptômes courants qui peuvent être éprouvés aussi bien par les hommes que les femmes, et quel que soit leur âge.

Les 3 types d’infections urinaires

L’infection urinaire est décrite comme telle, lorsqu’elle touche un organe du système urinaire comme les reins, la vessie, les uretères, la prostate chez l’homme ou l’urètre. Dans la plupart des cas, elle est causée par la bactérie Escherichia coli (dans 80 % des cas exactement), qui est une bactérie intestinale que l’on peut trouver aux abords de la région anale. Mais il arrive aussi qu’elle soit causée par le Proteus mirabilis, le Citrobacter ou encore l’Entérobacter...

Il en existe trois types principaux :

  1. la cystite (inflammation de la vessie), la plus classique,
  2. l’urétrite (infection de l’urètre),
  3. et la pyélonéphrite (infection des reins).

La cystite et l’urétrite sont des formes d’infection basse, tandis que l’infection des reins (pyélonéphrite) est une forme avancée d’infection urinaire, qui survient souvent à la suite d’une infection mal traitée ou non traitée, tout comme la prostatite (infection de la prostate chez l’homme). Généralement, une infection non traitée se propage si elle n’est pas soignée et peut devenir dangereuse.

Si ces infections urinaires ne sont pas traitées, elles peuvent avoir des conséquences sur la santé et évoluer vers une forme plus grave d’infection. Mais avant de la traiter, il faut identifier l’infection urinaire, et surtout connaître son emplacement dans le système urinaire.

Les symptômes courants de l’infection urinaire suivant chaque type

1- La cystite

En règle générale, chez la femme comme chez l’homme, l’infection urinaire classique (cystite) peut entraîner l’apparition des symptômes suivants :

  • des sensations de brûlure durant la miction,
  • des besoins d’uriner qui augmentent,
  • des douleurs dans le bas ventre et durant la miction,
  • des urines malodorantes et troubles,
  • parfois, des urines « hémorragiques » (présence d’un peu de sang).

2- L’urétrite

L’urétrite est une infection de l’urètre. La plupart du temps, les symptômes sont similaires à ceux de la cystite tels que des douleurs et des brûlures ressenties lors de la miction. Mais il arrive que les symptômes soient un peu plus spécifiques comme :

  • une irritation du méat urinaire,
  • des douleurs urétrales,
  • des écoulements par le méat urétral,
  • la Pollakiurie : envies fréquentes d’uriner malgré de faibles quantités d’urines,
  • des envies d’uriner très fréquentes notamment le matin.

D’autre part, il est possible que l’urétrite soit asymptomatique, notamment en raison de la nature des germes ayant causé l’infection. Il s’agit d’une maladie qui peut être sexuellement transmissible.

3- La pyélonéphrite (infection des reins)

pyélonéphrite-infection-reins

Une pyélonéphrite entraîne généralement l’apparition de symptômes qui lui sont propres tels que :

  • de la fièvre isolée et relativement élevée (entre 39 et 40° le plus souvent),
  • l’apparition de frissons,
  • une altération de l’état général, avec des sensations similaires à celles de la grippe,
  • des douleurs lombaires potentiellement bilatérales,
  • des vomissements, ballonnements, diarrhée,
  • et des signes courants liés à la cystite dans 60 % des cas.

En s’aggravant, la pyélonéphrite peut engendrer le passage des germes dans le sang (septicémie) et un choc septique. Le rein peut être victime d’un abcès et être détruit. Enfin, cette infection peut entraîner une insuffisance rénale.

Les symptômes particuliers de l’infection urinaire

Selon l’âge et le sexe des personnes touchées, des symptômes différents peuvent apparaître et suggérer la présence d’une infection au niveau du système urinaire. Chez l’enfant et les personnes âgées, l’infection urinaire est particulièrement difficile à déceler.

Les symptômes de l’infection urinaire chez la femme

Pour des raisons strictement anatomiques, les femmes sont les plus touchées par les infections urinaires. Leur méat urinaire est très proche de l’anus, ce qui intensifie le risque de développer une infection. Chez la femme, les symptômes liés à une infection urinaire se cantonnent essentiellement à ceux de la cystite ou pyélonéphrite.

Chez la femme enceinte, l’infection urinaire non traitée peut engendrer un accouchement prématuré et mettre la santé de la mère comme de l’embryon en danger. Comme les femmes enceintes subissent des examens réguliers, il n’est pas rare que l’infection soit décelée avant même que les premiers symptômes ne se fassent sentir.

Voir aussi :

Nos pages détaillées pour une infection urinaire :

Les symptômes de l’infection urinaire chez l’homme

Chez l’homme, l’infection urinaire présente les symptômes normaux de la cystite ou de la pyélonéphrite. Néanmoins, sa prostate (prostatite) peut aussi faire l’objet d’une infection. Dans ce cas, plusieurs symptômes peuvent apparaître comme :

  • des brûlures et douleurs lors de la miction,
  • de faibles volumes urinés,
  • la présence de pus qui s’écoule par le méat urinaire,
  • des urines troubles et malodorantes,
  • une fièvre élevée,
  • des états grippaux avec l’apparition de frissons, douleurs articulaires et musculaires.

En évoluant, la prostatite peut entraîner une septicémie et un choc septique. Elle peut aussi causer le blocage des urines et étendre l’infection jusqu’aux testicules (orchite).

Voir aussi :

Notre page détaillée pour une infection urinaire :

Les symptômes chez l’enfant

Chez l’enfant, il est difficile de déceler une infection urinaire. Un enfant atteint d’une infection urinaire peut néanmoins présenter les symptômes suivants :

  • des urines hémorragiques ou dans lesquelles se révèle une hématurie,
  • l’énurésie secondaire, qui désigne le fait qu’un enfant propre fait à nouveau pipi au lit,
  • une dysurie, qui désigne le fait d’éprouver des difficultés à uriner,
  • et quelques autres symptômes habituels comme les sensations de brûlure lors de la miction et les besoins fréquents d’uriner.

Chez le nourrisson, les signes d’une infection urinaire peuvent être différents et difficiles à relier à une infection urinaire :

  • une fièvre isolée,
  • de possibles convulsions,
  • des troubles digestifs comme la constipation, des vomissements, une perte d’appétit, la diarrhée et des douleurs abdominales proches de celle de l’appendicite,
  • la courbe de poids qui stagne,
  • des « accès fébriles », état de choc avec cyanose, frissons, diminution de la T.A, tachycardie,
  • des troubles de la conscience semblables à ceux de la méningite.

Voir aussi :

Notre page détaillée pour une infection urinaire :

Les personnes âgées et l’infection urinaire

Chez les personnes âgées, il est fréquent qu’une infection urinaire n’entraîne aucun symptôme. Elle est alors très difficile à identifier. L’infection peut aussi se manifester par une fièvre isolée, comme pour les enfants. En règle générale, on estime que 20 % des femmes et 10 % des hommes de plus de 65 ans présentent une bactériurie, qui désigne une présence importante et anormale de germes dans les urines.

Chez l’homme comme chez la femme, les infections urinaires ont tendance à augmenter en fréquence avec l’âge. Au-delà de 70 ans, elles deviennent silencieuses et sont généralement identifiées dans le cadre d’un bilan. Néanmoins, il arrive qu’elles ne restent pas invisibles et qu’elles provoquent des frissons ainsi que de la fièvre. Dans ce cas, il devient urgent de les traiter par médicaments.

Pour conclure

Les symptômes liés à une infection urinaire sont le plus souvent facilement identifiables chez la femme ou chez l’homme adulte. En revanche, ce n’est pas le cas pour les enfants et les personnes âgées, qui sont pourtant les plus fragiles. Durant l’enfance et après un certain âge, il ne faut pas hésiter à consulter un médecin en cas d’apparition de symptômes décrits, mais aussi dans le cas où des douleurs peinent à être identifiées. Plus vite l’infection est détectée, plus simple il est de la soigner. Enfin, adopter de bonnes habitudes hygiénodiététiques peut aider à limiter les risques d’infection dès le plus jeune âge.